Quelques mots de bota..

La botanique est la science qui étudie les végétaux.

Les végétaux sont indispensables à la vie sur Terre. En effet, via la photosynthèse, ils produisent de l’oxygène (essentiel à la vie) et stockent le carbone (responsable de l’effet de serre).

La flore est soumise à diverses menaces.

  • Destruction (déforestation, urbanisation) et dégradation des habitats (fragmentation),
  • Pollutions,
  • Cueillette d’individus dans la nature (préjudiciable pour les espèces rares et endémiques aux aires de répartition très restreintes),
  • Introduction d’espèces exotiques (compétition pour la niche écologique),
  • Introduction de maladies (en raison des échanges internationaux),
  • Changements climatiques (élévation du niveau de la mer, modifications des conditions du milieu etc.).

Plus une espèce végétale est menacée, plus son aire de répartition est restreinte et plus sa popuation et de petite taille. Ainsi donc, elle sera protégée et réglementée et cela à plusieurs niveaux.

De cette façon, une orchidée comme l’épipactis de Muller (Epipactis muelleri Godfery, 1921) est réglementée à travers les listes rouges de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) à l’échelle mondial, européen et national (chapitre orchidées) tandis que son commerce et transport est strictement interdit selon l’annexe B de la Convention de Washington (CITES). La législation nationale peut ensuite être subdivisée en réglementation régionale, départementale voir locale.

Afin de protéger de telles espèces, il est conseillé d’arracher les espèces invasives telles que l’Ailanthe (Ailanthus altissima), le Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia), l’Amorphe buissonnante (Amorpha fructicosa) et l’Herbe de la Pampa (Cortaderia selloana)  qui sont toutes les quatre présentes sur Montferrier-sur-Lez en veillant bien à ne pas les laisser en contact avec la terre ou à les brûler. 

Comment agir pour préserver ces espèces ?

  • Ne pas planter d’espèces exotiques envahissantes ni ramener de graines de pays tropicaux.
  • Ne pas cueillir d’espèces protégées ou réglementées, les localiser et informer les autorités compétentes en la matière (Société Française d’Orchidophilie du Languedoc etc.)

Vous souhaitez contribuer à la réalisation de cet inventaire ?

Si vous souhaitez contribuer à la réalisation de cet inventaire, n’hésitez pas à nous contacter et à envoyer des photographies de plantes de votre commune (vous pouvez préciser le lieu-dit, la date, le milieu, l’exposition, la pente, la géolocalisation si possible et tout ce que vous pensez utile) à :

contact.plantes.ibc@gmail.com